top of page

Pourquoi les stages de survie ne servent à rien (en France) ?

Dernière mise à jour : 7 mars


Les stages de survie sont-ils dangereux ?
Les stages de survie sont-ils dangereux ?

D'accord, le titre est un peu provocateur. Cependant, par bien des aspects, c'est vrai !

Qu'apprend-on dans les stages de survie ?

  • A reconnaître des plantes sauvages comestibles ?

  • A allumer un feu avec un silex, une loupe ou un arc pour purifier de l'eau ?

  • A construire une cabane avec seulement votre gros couteau de trappeur ?

  • A faire des pompes au milieu de la nuit dans un ruisseau ? Si, si, j'en ai entendu parler ...

Rappelez-vous, sans manger on peut survivre un mois ! Même sans boire, vous tiendrez largement trois jours. Sans construire de cabane et sans faire de pompes, probablement bien plus longtemps. Et ça évitera de vous blesser !

Parce-que finalement, survivre en montagne ou dans une forêt française c'est surtout ça : ne pas se blesser et savoir s'orienter pour retrouver la civilisation.

Le reste, c'est plutôt du camping dans les bois … Ça apporte du confort ou de l'exotisme à vos vacances si vous avez décidé de les passer au milieu d'une forêt plutôt qu'entre deux camping-caristes aigris parce qu'il y a la queue aux toilettes. Ce qui, pour moi, se rapproche déjà un peu plus de la survie !

Certes, nous ne sommes pas à l'abri d'une troisième guerre mondiale, d'une pénurie d'énergie, d'une nouvelle pandémie, voire d'un grand remplacement par des voitures électriques zombies. Mais là, nous risquons d'être confrontés à des problèmes plus immédiats que celui d'avoir à reconnaître une carotte sauvage d'une œnanthe safranée.


Se nourrir de plantes sauvages pour survivre
Se nourrir de plantes sauvages pour survivre

Se nourrir de plantes sauvages

Vivre en autonomie dans les bois laisse aussi entendre que nous serions capable de satisfaire nos besoins alimentaires avec de la cueillette et de la chasse. Les inuits sont capable d'avoir un régime alimentaire extrêmement carné. Après des centaines, ou des milliers, d'années passées dans un environnement privé une grande partie de l'année d'un accès au sol, leur organisme s'est modifié. Même si notre corps possède la faculté de s'adapter à des changements d'habitudes alimentaires, quelques week-end bushcraft ne suffiront jamais pour passer d'une diète basée sur les céréales et leurs glucides à un régime de chasseur-cueilleur. Les trappeurs du grand-nord isolés suite à un accident ont durement payé le prix d'une alimentation uniquement carnée.

Essayer de vivre brutalement de protéines animales s'appelle un régime Dukan ! En quelques jours ou semaines il y a une importante perte de poids, une surcharge de travail pour le foie et les reins, une consommation accrue en eau. Plutôt à éviter donc, pour survivre !

Les occidentaux plus ou moins citadins-sédentaires que nous sommes tous, en comparaison du mode de vie de nos ancêtres préhistoriques doivent donc trouver des glucides, et qui plus est, des glucides à faible indice glycémique (plus connus sous le nom maintenant obsolète de sucres lents).

D'ailleurs même les populations que nous décrivons comme nomades, allaient plutôt d'un camp à l'autre où ils restaient de quelques jours à quelques mois. L'itinérance était réservée aux transhumances, aux expéditions commerciales ou à la fuite à cause d'une guerre. Et dans ces cas là, la norme était de partir avec les provisions collectées et transformées durant les semaines précédentes.

Pour ce qui est de la cueillette et consommation instantanée, les baies et fruits sauvages nous apportent des sucres rapides et des vitamines. Les parties vertes essentiellement des vitamines et des minéraux. Les champignons … presque uniquement du goût !

Méfiez-vous des assertions vantant la haute teneur en protéines de certaines plantes, comme l'ortie. Oui, on trouve 48 g. de protéines pour 100 g. de plante sèche. Fraîche il faut diviser par 5,5. Donc pour obtenir les 60 g. de protéines journalières recommandées par l'OMS il faudra avaler 600 g. par jour d'ortie ou d'autres plantes équivalentes ! Et vous n'aurez comblé que vos besoins en protéines ...

Certaines racines pourraient être une source de glucides adaptée, ainsi que la partie inférieure de l'écorce des arbres. Mais combien de temps et combien d'énergie sommes-nous prêts à dépenser le nez collé au sol ou à laborieusement décoller du cambium pour nous nourrir ?

Les graines (faînes, glands, châtaignes, pignons) sont souvent présents en quantité abondante, tout du moins les années où les arbres du secteur ont fructifié. Mais les faînes et les pignons demandent un temps fou à décortiquer, les glands doivent être cuits dans plusieurs eaux pour éliminer les tanins, les châtaignes laissées au sol ne sont consommables que pendant une courte période.

Nous nous retrouvons donc dans tous les cas face à des problèmes de stockage, de cuisson, de transformation difficilement conciliable avec de l'itinérance. Et souvent dépendants d'une technologie importée avec nous : contenants, combustibles, outils, ...


Bivouaquer en sécurité
Bivouaquer en sécurité
Construire un abri de fortune pour survivre

L'après-midi est déjà bien avancé et vous êtes a plus d'une demi-journée de marche d'un refuge, d'une cabane, d'une ferme ou d'un abri-bus ? Et vous n'avez pas pris de tente ou de bâche ?

Mais, du coup ? Vous comptiez dormir où ce soir ?

Ah, vous vous êtes perdu ? Vraiment bien perdu, alors !

Vous êtes blessé ? Vous vous êtes cassé une jambe du coup ?! Parce-qu'avec un poignet cassé on peut encore à peu près marcher.

Par contre, autant vous prévenir tout de suite, abattre un arbre et le ramener jusqu'à votre campement avec une jambe cassée risque d'être vraiment compliqué ! Et ça ne vous aidera pas à survivre.


Cuisiner sur le feu en bivouac
Cuisiner sur le feu en bivouac
Faire du feu en mode survie, sans briquet ou allumettes

J'adore me lancer des défis allumage de feu. Quand vient l'automne et les premiers froids, je pars vers une petite clairière et je vais cuire quelques galettes sur un feu que je me suis amusé à allumer avec le moins de matériel possible.


Est-ce que c'est de la survie ? Non. C'est le moyen de passer un peu de temps en forêt et de jouer au « sauvage ». Je rentre en sentant la fumée et j'ai utilisé mon firestick.

C'est les seules fois où je m'en sers. Sinon, le reste du temps j'ai toujours plusieurs briquets répartis dans ma veste, mon sac, mon réchaud …

Lors d'un stage de survie il y a quelques années (oui, j'ai essayé!) j'ai passé une après-midi entière à essayer d'allumer un feu avec une baguette de noisetier que je tournais sur une planchette de lierre. Après s'être bien amusé à regarder faire les stagiaires, le formateur à essayé et … échoué ! Pour la petite histoire nous avons changé baguette et planchette et ce coup-ci ça à marché plutôt rapidement, je n'ai jamais su pourquoi.

Du coup, j'ai résolu le problème en multipliant les chances de ne pas manquer d'un moyen moderne d'allumage de feu.

Mais la vrai question est : pourquoi allumer un feu ?

Alors que les communes multiplient les arrêtés pour interdire les feux et les bivouacs, quel pourraient être l'intérêt d'allumer un feu pour survivre ?

  • faire cuire du gibier ? Nous avons vu un peu plus haut que la consommation de viande n'est pas une solution pour survivre

  • faire cuire des plantes ? Vous pouvez tenir un mois sans manger, vous devriez pouvoir retrouver une plaque à induction avant

  • faire bouillir de l'eau pour la purifier ? Vous avez trois jours devant vous avant que vous soyez déshydraté, je suis sûr qu'il y a une supérette sur votre route

  • Signaler sa position ? Il y a d'autres solutions moins radicales et plus efficaces


Stage autonomie en montagne
Stage autonomie en montagne

Que faut-il savoir pour survivre en montagne ?

Encore une fois, l'objectif est-il de « survivre », de ré-inventer une civilisation, de s'amuser en pleine nature ou de se faire plaisir en découvrant des saveurs nouvelles ?

Ou encore de pouvoir partir en autonomie en montagne pendant quelques jours et de revenir en bonne santé ? Pour moi l'essentiel tient en 3 points :

  • Ne pas se perdre

  • Ne pas manger ou boire n'importe quoi

  • Réagir de manière appropriée en cas d'accident

C'est pourquoi, plutôt que des stages de survie je propose des stages d'apprentissage de l'autonomie en montagne. Vous apprendrez à :

  • Planifier un itinéraire adapté à votre niveau physique et technique

  • Vous orienter avec une carte et éventuellement une boussole

  • Choisir un bon site de bivouac et installer un campement en sécurité

  • Progresser en sécurité sur un itinéraire enneigé

  • Définir quel est le matériel indispensable en fonction de votre objectif

  • Cuisiner des recettes de bivouac adaptées à l'effort fourni et les améliorer avec quelques plantes sauvages

  • Gérer les ravitaillements en eau

  • Réagir en cas d'accident, prévenir et attendre les secours

Voilà pour moi ce qu'il faut savoir pour survivre en montagne et se faire plaisir en toute sécurité !

N'hésitez pas à me contacter pour discuter du projet qui vous tient à cœur.

47 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page